more from
Pagans

De Tot Un Pauc

by Pèire Boissièra

/
  • Compact Disc (CD) + Digital Album

    Avec livret de 40 pages contenant les textes et sources de chaque chanson + les traductions en français.

    Includes unlimited streaming of De Tot Un Pauc via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 10 days
    Purchasable with gift card

      €16 EUR or more 

     

  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    Purchasable with gift card

      €9 EUR  or more

     

1.
Flor d'estiu 02:52
L’aire risent, tendre, amistós La pèl canda, la talha fina E color d’òr un pel sedós Mitat desfait, frisant l’esquina L’uèlh coquin, tentaire, amorós Viu coma un miralh illumina Sus sa boca, niu de potons L’enveja vai cridant famina Mai laugèra qu’un parpalhòl Milhor que cap de rossinhòl Canta en venint de la segada Son corsatge fai badalhòl E dinca al sen, mièi despolhada Lo vent folet* la baisa al còl ------------------------------------- L’air souriant, tendre, caressant La peau limpide, la taille fine Et, couleur d’or, des cheveux soyeux Mi défaits, lui frisant le dos L’œil coquin, tentateur, amoureux Vif tel un miroir, illumine Sur sa bouche, nid de baisers Le désir crie famine Plus légère qu’un papillon Mieux qu’aucun rossignol Elle chante au retour de la moisson Son corsage est entrebâillé Et jusqu’au sein, mi dévêtue Le « petit vent fou » l’embrasse dans le cou
2.
a/ Juliana ès tan janta Tot lo monde zò ditz Ò z’òun ben dit les nòstes Qu’anaviàs a París (bis) A se me’n voliàtz creire Partiriàtz pas d’aicí Aicita i a dels dròlles Coma per tot país (bis) b/ Quau te mena mia quau te mena ? (bis) Chapèu blocat me mena me promena Chapèu blocat me mena m’aurà pas --------------------------------------------------- Juliane tu es si belle Tout le monde le dit Ils l’ont bien dit les nôtres Que vous alliez à Paris (bis) Ah si vous vouliez m’en croire Vous ne partiriez pas d’ici Il y a ici des garçons Comme dans tout pays (bis) Qui te mène ma mie, qui te mène ? (bis) Chapeau bouclé me mène me promène Chapeau bouclé me mène, ne m’aura pas
3.
La vila de Marmanda (bis pertot) Damanda al rei secors Se secors non li envia Se rendrà dins tres jorns Lo rei li envia Ròca Ròca en garnison En camin fai rencontre Rencontra tres garçons Digatz, enfants, vosautres Marmanda es plan lonh ? Dos cents cinquanta lègas I seretz dins tres jorns Ròca lacha la brida I siasquèt a mègjorn En dintrant dins la vila Rencontra traïson Li an copadas las cambas Per dessús lo genolh Li an copada la tèsta Per dejós lo menton Lo n’an ficat per l’aiga Nada coma un peisson Las damas de la vila Se passejan sul pont Se dison l’una a l’autra : Jès ! qual brave peisson Non soi pas peisson damas Soi Ròca en traïson -------------------------- La ville de Marmande (bis) Demande secours au roi S’il ne lui envoie pas de secours Elle se rendra dans trois jours Le roi lui envoie Roque Roque en garnison En chemin il fait une rencontre Il rencontre trois garçons Dites, vous, les enfants Marmande est très loin ? Deux-cent cinquante lieues Vous y serez dans trois jours Roques lâche la bride Il y fut à midi En entrant dans la ville Il se trouve trahi On lui a coupé les jambes Au-dessus du genou On lui a coupé la tête Au-dessous du menton On l’a jeté à l’eau Il nage comme un poisson Les dames de la ville Se promènent sur le pont L’une à l’autre se disent : Jésus ! Quel beau poisson Je ne suis pas poisson, mesdames Je suis Roques trahi
4.
Quora filarem? quò’s lo diluns Quò’s la fèsta de Monsur Sent Luc Dòna-m’a beure, emplís lo plan Quò’s lo mestièr que m’agrada m’agrada Dòna-m’a beure, emplís lo plan Quò’s lo mestièr que m’agrada plan Quora filarem? quò’s lo dimarts Quò’s la fèsta de Monsur Sent Marc Dòna-m’a beure, emplís lo plan Quò’s lo mestièr que m’agrada m’agrada Dòna-m’a beure, emplís lo plan Quò’s lo mestièr que m’agrada plan Quora filarem ? quò’s lo dimècres Quò’s la fèsta de Monsur Sent Mècres ... ------------------------------------------------------- Quand filerons-nous ? c’est le lundi C’est la fête de Monsieur Saint Luc Donne-moi à boire, remplis-le bien C’est le métier qui me plaît qui me plaît Donne-moi à boire, remplis le bien C’est le métier qui me plaît bien Quand filerons-nous, c’est le mardi C’est la fête de Monsieur Saint Marc Donne-moi à boire, remplis-le bien C’est le métier qui me plaît qui me plaît Donne-moi à boire, remplis le bien C’est le métier qui me plaît bien Quand filerons-nous, c’est le mercredi C’est la fête de Monsieur Saint Mercredi ...
5.
Libera me Domine de morte aeterna in die illa tremenda, quando coeli movendi sunt et terra Dum veneris judicare saeculum per ignem Tremens factus sum ego, et timeo Dum discussio venerit atque ventura ira quando coeli movendi sunt et terra Dies illa dies irae calamitatis et miseriae dies magna et amara valde Dum veneris judicare saeculum per ignem Requiem aeternam dona eis, Domine Et lux perpetua luceat eis
6.
Sant Joan feu-lo ben gran Sant Martí, feu-lo dormir Que son pare n’és al camp Sa mare n’és al molí Feu-l’hi, feu-l’hi la sopeta Feu-l’hi, feu-l’hi les sopetes Sopetes amb un tupí La cullereta és de plata Lo bòl és de terrafí Les estovalles de seda I el tovalló de setí Feu-li, feu-li les sopetes Sopetes amb un tupí… -------------------------------- Saint Jean fais qu’il grandisse Saint Martin fais-le dormir Car son père est au champ Sa mère est au moulin Fais-lui, fais-lui la « soussoupe » Fais-lui faites-lui les « soupettes » Petites soupes à la marmite La petite cuillère est en argent Le bol est en terre cuite Les serviettes de table en soie Et la nappe en satin Fais-lui les « les petites soupes » Les petites soupes à la marmite…
7.
De bon matin se lèva La filha d’un païsan Se vestís e se cauça Ditz que se’n vòl anar Son paire li damanda Filha, ont volètz anar ? Vòli anar a Lausun paire Vere lo rei passar Non i angues pas ma filha Que n’en tornariás pas Si farai ben mon paire Que non me veiràn pas Anirai d’en ombra en ombra A l’ombra del rampalm Devath lo rosièr blanc Lo rei n’èra en finèstra La gaitava passar Quala es aquela dama Que passa per mon prat ? Sire ió sèi pas dama Sèi filha d’un païsan Zo sisquèssés d’un prince Que t’entornariás pas ------------------------------ Elle se lève de bon matin La fille d’un paysan Elle s’habille et met ses chaussures Dit qu’elle veut s’en aller Son père lui demande Fille, où voulez-vous aller ? Je veux aller à Lauzun, père Voir le roi passer N’y vas pas ma fille Tu ne reviendrais pas Mais si, mon père On ne me verra pas J’irai d’ombre en ombre A l’ombre du rameau Sous le rosier blanc Le roi était à la fenêtre Il la regardait passer Quelle est cette dame Qui passe dans mon pré ? Sire je ne suis pas dame Je suis fille d’un paysan Le fusses-tu d’un prince Tu ne t’en reviendrais pas
8.
Alegria 01:02
Alegria, alegria, alegria Diu no’n don. Diu mantienga aquesta taula E lo mèste de la maison E tanben las cosinèras Que se’n’ hèn de bon bolhon. Que se’n’ hèn har bona chèra E nosaus que’s hèm l’aunor ----------------------------------------- Que Dieu nous donne allégresse. Que Dieu maintienne cette table Et le maître de la maison Ainsi que les cuisinières Qui nous font du bon bouillon. Elles nous font faire bonne chère Et nous, nous les honorons
9.
Nòstra Dòna dels autocarris Sul front de mar, a la Ciutat Te pregam de totes barris L’amor es fòl, lo vin es fat Per cada toat montan los garris Dins cada bar caçam lo cat Te saludam de gràcia plena Lo betum d’ais sus ton estuch Un bastiment a la cadena Dins la clamor mena son bruch Sarra ton còr coma l’englena Que lo Senhor serà ton fruch Los fàrols son ta luminària Put lo gasòli ton encens Aqui se pèrd lo que desvària L’escapament es tant espés Soven-te d’aquela pregària Davant la mòrt farem lo pes --------------------------------------- Notre dame des autobus Sur le front de mer, à la Ciotat nous te prions, de tous les quartiers L’amour est folie, le vin fadaise par chaque égout les rats remontent Dans chaque bar nous chassons le chat Nous te saluons, pleine de grâce Le béton armé recouvre ton habit Un bateau attaché à sa chaine Dans la clameur émet son bruit Serre ton cœur comme la poignée d’épis glanés Car le seigneur sera ton fruit Les phares sont tes luminaires Il pue le gazole, ton encens Ici se perd qui désespère Les gaz d’échappement sont si épais Souviens-toi de cette prière Devant la mort nous ferons le poids
10.
El rei que muncho madruga (bis pertot) Ande la reina se ia La reina staba durmiendo Con sus cabellos deshechos El rei por burlar con ella Dos dadicas le hai dado State, state Andaleto Tu me sos primer namorado Dos hijicos tuyos tengo Con los del rei s’hazen quatro Los tuyos stan en mi lado Y los del rei van a la guerra La reina volcó su cara Al rei se lo topó en su lado ! Perdon, perdon siñor rei Esfueñé i hai soñado El rei esvanio su spada La cabesa le hai cortada ---------------------------------- Le roi, se levant de bonne heure (bis) Allait rendre visite à la reine La reine était endormie Les cheveux défaits Le roi, pour plaisanter Lui a donné deux pichenettes Arrête, arrête Andaleto Tu es mon amour préféré J’ai deux fils de toi Avec ceux du roi cela fait quatre Les tiens sont à mes côtés Et ceux du roi vont à la guerre La reine a tourné la tête C’est le roi qui était face à elle ! Pardon, pardon, seigneur roi Je somnolais et j’ai fait un rêve Le roi a dégainé son épée Il lui a tranché la tête
11.
Ai vista ta mia Pèire, ai vista ta mia (bis) Èra aval pel pradèl que gardava que gardava Èra aval pel pradèl que gardava les anhèls (bis) Un còp i èron quatre dise pas lo nom Que se voliáun batre per manjar un estront E ieu loi diguère de se batre pas Que per de la mèrda n’en mancava pas E prendèts-ne totes cadun un bocin Vos’n resèrve un autre per deman lo matin Nautres n’avèm un gal, las galha plan las polas Nautres n’avèm un gal, las galha dins l’ostau E dòna-m’aquel gal que las te galha plan las polas E dòna-m’aquel gal que las te galha dins l’ostau Lo pòde pas donar la Catina, la Catina Lo pòde pas donar la Catina v-ò vòu pas ---------------------------------------------------------- J’ai vu ta mie, Pierre, j’ai vu ta mie (bis) Elle était là-bas dans le pré qui gardait qui gardait Elle était là-bas dans le pré qui gardait les agneaux (bis) Ils étaient quatre, une fois, je ne dis pas leur nom Qui voulaient se battre pour manger un étron Et moi je leur ai dit de ne pas se battre Car de la merde, il n’en manquait pas Et prenez-en tous un morceau chacun Je vous en réserve un autre pour demain matin Nous, nous avons un coq, il coche bien les poules Nous, avons un coq…, il les coche dans la maison Et donne-moi ce coq qui te coche bien les poules Et donne-moi ce coq, qui les coche dans la maison Je ne peux pas le donner, car Cathy, Cathy Je ne peux pas le donner, Cathy ne le veut pas
12.
Bonjor gentil popon Je t’aoue ina étreuna Ou é in joiy chapon Ina genta jaleuna Voué, voué, je te lous boierai J’a in joyi chaveu Ina genta bayifrére Ina couvarta de pia Que j’ai achito a la fère Voué, voué, je te lous boieré Si te po pas pas vegnir Saurin pas que i faire De demoro ityi ne fait pas mous afères Voué, voué, je sus a ma jorno ------------------------------------------ Bonjour gentil poupon Je t’apporte une étrenne C’est un joli chapon Une belle poule Oui, oui, je te les donnerai J’ai un joli oreiller Un beau matelas Une couverture de drap Que j’ai achetée à la foire Oui, oui, je les donnerai Si tu ne peux pas venir Je ne saurai comment faire Attendre ici ne fait pas mes affaires Je suis à ma journée* *ma journée : mon travail
13.
La lauseta e lo pinson (bis) Ne volián faire un festilhon Lanfèn lalireta Ne volián faire un festilhon Lanfèn laliron N’avián pas ni pan ni blat (bis) Ni gessa de farina al sac De delai ne sòrt lo cat Amb a la boca un sedat Per de pan n’avèm ben pro Mès per de carn non n’avèm non De delai ne sòrt lo gòrp Al còl pòrta un quartièr de pòrc Per de carn n’avèm ben pro Mès per de vin non n’avèm non De delai ne sòrt lo pic Amb un plen barricon de vin Per de vin n’avèm ben pro Mès de de cantaire n’avèm non De delai sòrt lo raton « A ieu vous cantarai ben pro » Lo caton sòrt de jol lièch Ranca un saut sul paure raton De cantaraire n’avèm pas Lo festilhon se farà pas --------------------------------- L’alouette et le pinson (bis) Voulaient faire une petite fête « Lanfèn lalirètte » Voulaient faire une petite fête « lanfèn lalirou » Ils n’avaient ni pain ni blé (bis) Ni la moindre farine dans le sac le chat sort de par-là Avec à la bouche un pain de farine tamisée Du pain nous en avons assez Mais de la viande nous n’en avons pas Le corbeau sort de par-là il porte au cou un quartier de porc De la viande nous avons bien assez Mais du vin nous n’en avons pas Le pic vert sort de par-là Avec un plein tonnelet de vin Du vin nous en avons bien assez Mais nous n’avons pas de chanteur La souris sort de par-là « moi je vous chanterai bien assez » Le petit chat sort de sous le lit Il bondit sur la souris De chanteur nous n’en avons pas La petite fête ne se fera pas
14.
Omenon que viviá d’esper Rencontrèt per carrièra un ser Plan polida filha-enfanton Filha dels sabatons fangós Còp sec lo còr de li bombir Se sentís l’arma d’un bandit I aviá de benastre a raubar A una tan crana beutat. S’avança e li ditz plan bonser Ieu soi l’òme mai ric d’esper N’ai plan pro, n’ai ben pro per dos E de vos soi mai qu’amorós Ai l’esper de lèu vos aver De totjorn vos veire ai l’esper, Ai l’esper de vos botar als pès Las riquesas del mond entièr Prenguèt sos espers los melhors, Los pleguèt dins un mocador A la bèla los presentèt Mas la bèla li los quauquèt Li diguèt de l’esper lo còp Me l’an ja fait plan mai d’un còp Ofrís-me de realitats Se que non a ieu m’auràs pas Omenon d'espèr tot comol De plorar dins son mocador Plorèt tant coma sabiá far E mai coma sabiá pas far Lo vaquí sus la tor Eifel D’un còp se ronça dins lo cèl Al moment de s’aplatussar Son sang pertot de regisclar Los passants de sang mascarats S’anguèran lèu far destecar Estent que i a de tenchurièrs Cal ben que fa-, cal ben que fa- Cal ben fasquen lor mestièr --------------------------------------- Petit homme qui vivait d’espoir Rencontra dans la rue un soir Une très jolie fille-enfant Fille aux souliers boueux Aussitôt son cœur qui bondit Il se sent l’âme d’un bandit Y avait du bonheur à ravir À une si fière beauté Il s’avance et lui dit bonsoir, Je suis l’homme le plus riche d’espoir J’en ai bien assez, bien assez pour vous Et de vous, suis plus qu’amoureux J’ai l’espoir bientôt d’vous avoir De toujours vous voir j’ai l’espoir J’ai l’espoir de mettre à vos pieds Les richesses du monde entier Il prend ses espoirs les meilleurs Les a pliés dans un mouchoir À la belle les a présentés Mais la belle les a piétinés Lui a dit le coup de l’espoir On me l’a déjà fait plus d’une fois Offre-moi des réalités Sinon moi tu ne m’auras pas Petit homme riche d'espoir A pleuré dans son grand mouchoir A pleuré tout ce qu'il savait Et aussi ce qu'il ignorait Le voilà sur la tour Eifel D’un coup se jette dans le ciel Au moment de s’écraser Son sang qui gicle de partout. Les passants de sang tout tachés Sont allés se faire détacher Vu qu’il y a des teinturiers Faut bien qu’ils fa- faut bien qu’ils fa- Faut bien qu’ils fassent leur mé-tier
15.
La pastora Lirís es tan genta e polida Que se’n pòsca trobar jos la capa del cèl Als fredons que vos fa sus un aire novèl La serena de mar se trobariá rabida D’un quicòm de vesiat sa paraula seguida Un guinhon frisotat que se tòrç en anèl Un lambrec amorós qu’escapa de son uèlh Sus tota autra beutat la tenon acomplida Simple mès cotinaud es son abilhament E d’aquí me reven un grand contentament Car atal ne pareis pus gentila e bragarda Doncas en preferent lo natural a l’art Tanlèu qu’en companhiá la vesi sense fard Ieu voldriái cap e cap la véser sense farda ---------------------------------------------------------- La bergère Lirís est si belle et jolie On ne peut trouver mieux sous la voute du ciel Quand elle fredonne sur un air nouveau La sirène marine se trouverait ravie Quelque chose de charmant qui suit ses paroles Une mèche frisotée qui se tord en anneau Un éclair amoureux qui échappe à son œil Sur toute autre beauté la tiennent accomplie Simple mais joli est son habillement Et cela me procure un grand contentement Car ainsi elle parait plus gentille et élégante Donc en préférant le naturel à l’art Sitôt qu’en compagnie je la vois sans fard Je voudrais en tête à tête la voir sans habits
16.
Las goiatas de Clairac Catolicas, parpalhòlas Las goiatas de Clairac Sabon trobar los goiats Nau per nau van a la dança Lo curè lor fai la pòta Nau per nau se’n van dançar Lo pastor ne tòrç lo nas Las goiatas de Clairac Catolicas, parpalhòlas Las goiatas de Clairac Sabon trobar los goiats Uèit per uèit van a la dança … -------------------------------------- Les filles de Clairac Catholiques, protestantes Les filles de Clairac Savent trouver les garçons Neuf par neuf elles vont à la danse Le pasteur leur fait la moue Neuf par neuf elles vont danser Le curé en tord le nez Les filles de Clairac Catholiques, protestantes Les filles de Clairac Savent trouver les garçons Huit par huit elles vont à la danse ...
17.
Dieu ei davalat delh ciau a la tèrra Per botar la patz onte èra la guèrra Per botar la patz onte n’èra pas Mon Dieu donatz-nos nòsta senta estrena Donatz-nos la man, tirats-nos d’en pena Seriam bien urós d’èsser un jorn emb vos ------------------------- Dieu est descendu du ciel sur la terre Pour mettre la paix ou était la guerre Pour mettre la paix ou elle n’était pas Mon Dieu donnez-nous notre sainte étrenne Donnez-nous la main, sortez-nous de la peine Nous serions bien heureux d’être un jour avec vous
18.
Alba 06:18
Reis gloriós, verais lums e clartats Dèus poderós, Senher, si a vos platz Al meu companh siatz fisèls ajuda Qu’eu non lo vi pòs la noch fo venguda E adès serà l’alba Bèl companhó, si dormètz o velhatz Non dormatz plus, suau vos ressidatz Qu’en orïent vei l’estela creguda Qu’amena’l jorn, qu’eu l’ai ben coneguda E adès serà l’alba Bèl companhó, en chantan vos apèl Non dormatz plus qu’eu aug chantar l’auzèl Que vai queren lo jorn per lo boscatge Et ai paur qu’el gilós vos assatge E adès erà l’alba Bel companhó, eissètz al fenestrèl Et esgardatz las ensenhas del cèl Conoisseretz si’us sui fisèls messatge Si non o faitz, vòstres n’er lo damnatge E adès serà l’alba Bel companhó, pòs mi partí de vos Eu non dormí ni’mòc de ginolhós Ans preguèi Dèu, lo filh santa Maria Que’us mi rendés per lejal companhia E adès serà l’alba Bèl companhó, la fòras als peirós Me prejavatz qu’eu non fos dormilhós Enans velhès tota noch tro al dia Aras no’us platz mos chans ni ma paria E adès serà l’alba Bel doç companh, tant sui en ric sojorn Qu’eu non vòlgra mais fos alba ni jorn Car la gensor que anc nasqués de maire Tenc et abras, perque non prèzi gaire lo fol gilós ni l’alba ------------------------- Roi glorieux, lumière et clarté véritables Dieu puissant, apportez, s’il vous plaît, Seigneur Votre aide fidèle à mon compagnon Car je ne l’ai pas revu depuis que la nuit est tombée Et bientôt poindra l’aube Beau compagnon, que vous dormiez ou veillez Ne dormez plus, éveillez-vous doucement Car je vois grandir l’étoile qui amène le jour Je l’ai bien reconnue Et bientôt poindra l’aube Beau compagnon, avec mon chant je vous appelle Ne dormez plus, j’entends chanter l’oiseau Qui va chercher le jour dans le bocage Et j’ai peur que le jaloux ne vous surprenne Et bientôt poindra l’aube Beau compagnon, montrez-vous à la fenêtre Et regardez les étoiles du ciel Vous saurez si je vous suis fidèle messager Si vous ne le faites pas, c’est vous qui en pâtirez Car bientôt poindra l’aube Beau compagnon, depuis que je vous ai quitté Je n’ai pas dormi et n’ai cessé de prier à genoux Dieu, le fils de Sainte Marie Pour qu’il me rende mon loyal ami Car bientôt poindra l’aube Beau compagnon, là-bas sur le perron Vous me priiez de ne pas m’endormir Mais de veiller toute la nuit jusque au jour Et ne vous plaisent maintenant ni mon chant ni ma compagnie Et bientôt poindra l’aube Mon doux compagnon, je suis en si noble séjour Que je ne voudrais jamais voir aube ni jour Car j’ai dans mes bras la plus belle née d’une mère C’est pourquoi je ne prise guère le stupide jaloux ni l’aube
19.
Lo manescau deu vilatge landerireta I-a la campanha se’n va landerirà I-a la campanha se’n va Dèisha sa hemna soleta landerireta Lo curè la va trobar landerirà Lo curè la va trobar Et bonjour la maréchale landerireta Votre mari y est-t-il pas landerirà Votre mari y est-t-il pas ? Mon marit es en campanha landerireta Sèi pas quòra tornerà landerirà Sèi pas quòra tornerà Acabava pas d’ac díser landerireta Lo manescau qu’ei tornat landerirà Lo manescau qu’ei tornat Curè qu’es donc vengut hèser landerireta Curè qu’ès donc vengut har landerirà Curè qu’ès donc vengut har ? Qu’as la hemna qu’ei malausa landerireta Soi vengut la confessar landerirà Soi vengut la confessar Lo diable que te confèsse landerireta Lo diable te confessar landerirà Lo diable te confessar Se un jorn jo m’aveusavi landerireta Que’m tornèssi maridar landerirà Que’m tornèssi maridar Jo me’n prenguerí uá hemna landerireta Lo curè l’aimeré pas landerirà Lo curè l’aimeré pas Lo manescau deu vilatge landerireta I-a la campanha se’n va landerirà ----------------------- Le maréchal-ferrant du village Va faire sa tournée Il laisse son épouse seule Le curé vient la voir Et bonjour la maréchale Votre mari y est-t-il pas ? Mon mari fait sa tournée Je ne sais quand il reviendra Elle n’avait pas fini de le dire Que le maréchal est arrivé Curé qu’es-tu venu faire Curé qu’es-tu venu faire ? Ton épouse est bien malade Je suis venu la confesser Que le diable te confesse Le diable te confesser Si un jour je me trouvais veuf Et si je me remariais Je prendrais une épouse Que le curé n’aimerait pas Le maréchal-ferrant du village Va faire sa tournée
20.
Quan lo boièr ven de laurar (bis) Planta aquí l’agulhada A, e, i, o, u Planta aquí l’agulhada Tròba Marion al pè del fuòc Trista desconsolada ... Se siás malauta diga-zo Te farai un potatge ... Amb una raba amb un caulet Una lauseta magra ... Quand serai mòrta m’enterrarretz Al pus fons de la cava ... Los pès virats a la paret Lo cap jos la canèla ... E los romius que passaràn Prendran d’aiga senhada ... Diràn un pàter un avé Per la paura Bernada ... Que n’es anada al paradís Al cèl ambe sas cabras ... ----------------------- Quand le bouvier vient de labourer Il plante là l’aiguillon A, e, I, o, u Il plante là l’aiguillhon Il trouve Marion auprès du feu Triste inconsolée ... Si tu es malade dis-le Je te ferai un potage ... Avec une rave avec un chou Une alouette maigre ... Quand je serai morte vous m’enterrerez Au fin fond de la cave ... Les pieds vers le mur La tête sous le robinet ... Et les pèlerins qui passeront Prendront de l’eau bénite ... Ils diront un pater, un avé Pour la regrettée Bernade ... Qui s’en est allée au paradis Au ciel avec ses chèvres ...
21.
- « Fiançalhas », chau notari Lacroix, cançons das environs de Damasan, Albret Beròia nòvia en fiançant (bis) Pense-i bien, guarda davant (bis) Benlèu un jorn ton bèth boquét (bis) Te costerà quauque soflet (bis) - Montcrabèu, Albret hemnas : Nosaus son nau donzèlas (bis) òmes : Nau donzèlons damb eras liugèr, liugèr Sus la punta de l’èrba pausam lo pè hemnas : Nosaus son uèit donzèlas (bis) òmes : Uèit donzèlons damb eras liugèr, liugèr (dinca a iò donzèla ) - Damasan, Albret Sona clochete si vòls sonar (bis) La nòvia arriba per esposar (bis) - Coplets comics Montcrabèu, Albret Lo pair deu nòvi que demandam (3 còps) Ende entrar la nòvia per la man Lo pair deu nòvi, la mair tanben Ende entrar la nòvia damb plaser Espia nòvia uèi lo bacherèr (3 còps) Ta bèra-mair atau qu’a lo darrèr Espia nòvia uèi los caminaus Ta bèra-mair atau qu’a los caishaus Que hè lo violonaire ? (2 còps) Las donzelas que ploran Que von dançar Los donzelons que pagan que von trepar ---------------------- - Fiançailles, chez le notaire Lacroix, chanson des environs de Damazan, Albret Belle mariée, en « fiançant » Penses-y-bien, regarde devant Peut-être un jour ton beau bouquet Te coûtera quelque soufflet - Moncrabeau, Albret femmes : Nous sommes neuf « donzèlas »* hommes : Neuf « donzèlons »* avec elles, à petits pas Sur la pointe de l’herbe nous posons les pieds femmes : Nous sommes huit « donzèlas » hommes : Huit « donzèlons » avec elles, à petits pas(jusqu'à une donzèla) - Damazan, Albret Sonne petite cloche si tu veux sonner La mariée arrive pour « épouser » - Couplets comiques Moncrabeau, Albret Nous demandons le père du marié Pour introduire la mariée par la main Le père du marié, la mère aussi Pour introduire la mariée avec plaisir Regarde mariée aujourd’hui le vaisselier Ta belle-mère a le derrière ainsi fait Regarde aujourd’hui les chenets Ta belle-mère a les molaires ainsi faites Que fait le violoneux Les demoiselles d’honneur pleurent Elles veulent danser Les garçons d’honneur paient Ils veulent trépigner
22.
Año de mil ochocientos Noventa i dos que pasó Murió Benito Canales El gobierno lo mató Andava tienda por tienda Buscando tinta i papel Para escribirle una carta A su querida Isabel Cuando el gobierno llegó Todos venian preguntando Donde se encuentra Canales Que le lo venimos buscando Una mujer tapatia Fuè la que les dió rason Ahorita acaba d’entrar Vayan-se sin dilacion Salió Benito Canales En su caballo retinto Con sus armas en la mano Peleando con trenta y cinco Salió el padre capellan Como queriendo llorar Ya no peleen con Canales Ya lo voy a apaciguar Decia Benito Canales Ahora que estoy descansado Yo quiero pelear un rato Ahora que estoy confesado Lo aprendieron los rurales Llevandolo a Sonajuato Al despedirse del Padre Envió a Isabel su retrato Luego formaron el cuadro Y no quiso ser vendado A la derecha del padre Aí quedo fusilado Ya con esta me despido Al pié de verdes rosales Aquí se acaban los versos De Don Benito Canales --------------------------------- L’an mille huit cent Quatre-vingt-deux dernier Benito Canales est mort Ceux du gouvernement l’ont tué Il allait de boutique en boutique Cherchant de l’encre et du papier Pour écrire une lettre À sa chère Isabel Quand les soldats du gouvernement sont arrivés Tous demandaient Où se trouve Canales Nous le cherchons C’est une femme de Guadalajara Qui les a renseignés Il vient juste d’entrer Allez-y sans attendre Benito Canales est sorti Sur son cheval châtain foncé Avec ses armes à la main Se battant contre trente-cinq Le prêtre est sorti Comme s’il voulait pleurer Ne combattez plus Canales Je vais l’apaiser Benito Canales disait Maintenant que je suis reposé Je veux me battre un moment Maintenant que je suis confessé Les « ruraux » l’ont appréhendé Et emmené à Sonajuato En prenant congé du prêtre Il a envoyé sa photo à Isabel Ils ont formé le peloton d’exécution Et Il n’a pas voulu être bandé A la droite du prêtre Il a été fusillé Maintenant je prends congé Au pied de verts rosiers Ici s’achèvent les vers De Don Benito Canales
23.
Pel camin de Perpinha (bis) L’un i pèrd l’autre i ganha Zin zon e san, e rataplan L’un i pèrd l’autre i ganha Ieu i ai ben pro perdut (bis) I ai perduda la miá Joana Zin zon e san, e rataplan I ai perduda la miá Joana E ont l’anaràs cercar ? (bis) Sus las pus nautas montanhas ... I trobèri un castelòt (bis) I aviá tres polidas damas ... Me convidan a sopar (bis) Mai tanben a la cochada ... Per sopar, soparai ben (bis) Mès cochar ambé vautras, nani ... Cocharai al pè del fuòc (bis) Sus un planponèl de palha ... Vèrs onze oras, mièjanuèch (bis) Metèron fuòc a la palha ... Domaisèlas levatz-vos (bis) Qu’ai lo fuòc a las quinqualhas ... Se te brullas brulla-te (bis) Per nautras nos levam nani ... ---------------------- Sur le chemin de Perpignan L’un y perd, l’autre y gagne Zin zon et zan, et rataplan L’un y perd, l’autre y gagne Moi j’y ai bien assez perdu J’y ai perdu ma mie Jeanne Zin zon et zan, et rataplan J’y ai perdu ma mie Jeanne Et où iras-tu la chercher ? Sur les plus hautes montagnes ... J’y ai trouvé un petit château Il y avait trois jolies dames ... Elles m’invitent à souper Et aussi à coucher ... Souper, oui, c’est d’accord Mais coucher avec vous, non ... Je coucherai au coin du feu Sur une poignée de paille ... Vers onze heures ou minuit Elles ont mis le feu à la paille ... Demoiselles levez-vous Je me brûle les parties ... Si tu te brûles, brûle-toi mais nous, nous ne nous levons pas ...

about

Pèire Boissièra, chanteur du Naut-Agenés (nord-est du Lot-et-Garonne) est une des références en matière de chant d’inspiration traditionnelle du domaine occitan.
Il puise son inspiration des chanteurs et chanteuses qu'il a rencontrés et collectés depuis 1975 en Auvergne, Rouergue, Agenais et Gascogne - on peut citer parmi tant d'autres, Louise Reichert dite La Caçaira, Aubestin Cauhapè, Adrien et Appollonie Capòt, sans oublier Félicien Beauvier.
Les enquêtes menées par d'autres viennent s'ajouter au nombre de ses sources : par exemple La Talvera, L'IEO du Sud-Aveyron ou encore Xavier Vidal - qui lui a communiqué l'auto-collectage de Gilbert Salanié.
Il fait partie des revivalistes, ces jeunes gens qui dans les années 1970 sont partis sur les routes, en quête des musiques et danses traditionnelles et ont enregistré (et parfois filmé) des musicien.nes et danseur.ses afin de sauvegarder un patrimoine alors méconnu et presque disparu.
Grâce à ces enquêtes de terrain, ces ethnomusicologues autodidactes ont créé des archives, nous donnant accès à un répertoire, des modes de jeux, une transmission orale fixée sur support.

Dans le cadre d'un compagnonnage multi forme, Pèire Boissièra a demandé à François Dumeaux de réaliser cet album.
Vingt-trois chansons du répertoire de Pèire ont été enregistrées par François au studio Tyto Alba - ainsi qu'en plein air et dans les églises de Saint-Avit et de Biron.
Vous les retrouverez ici dans un CD/livre avec paroles et sources, accompagnées de leur traduction en français.

Maria Boissièra, Jérôme Noirez, Sòfia Jacques-Serano, Michel Le Meur et François Dumeaux sont invités sur quelques chansons de ce disque.

credits

released March 15, 2019

Enregistré et mixé par François Dumeaux @ Studio Tyto Alba, Haut-Agenais, en 2016-2017. tytoalba.bandcamp.com
Masterisé par Fabien Salabert @ Les Hauts Plateaux, Rouergue en 2018. www.leshautsplateaux.com

Grand merci à François & Marie-Odile Dumeaux et Artús pour les relectures.

Photos de couverture par Pèire Boissièra, Malbo, Auvergne, 2011.
P. 9 photo par François Dumeaux, studio Tyto Alba, Haut-Agenais, 2017.
P. 23 photo par Nicolas Godin, chateau de Gavaudun, Haut-Agenais, 2015.
Conception graphique par Nicolas Godin. www.n-godin.com

"Nòstra Dòna dels aurocarris" avec l'aimable autorisation de Jeanine Boudou.
"Omenon que viviá d'esper" "LE PETIT HOMME QUI VIT D’ESPOIR" Paroles et Musique de Boby Lapointe © Warner Chappell Music France - 1975

PAG018

license

all rights reserved

tags

about

Pèire Boissièra Nouvelle-Aquitaine, France

contact / help

Contact Pèire Boissièra

Streaming and
Download help

Redeem code

Report this album or account

If you like Pèire Boissièra, you may also like: